La collecte de signatures va échouer

La récolte de signatures pour la deuxième initiative sur le revenu de base va malheureusement échouer, malgré une large approbation dans la rue.

Il est difficile, en tant que mouvement indépendant de citoyens-nes avec un petit budget, de mener à bien une collecte de signatures au niveau fédéral. Les raisons pour lesquelles la collecte de notre initiative n’a pas abouti sont multiples. Ce soir, nous nous réunissons pour une première analyse.

Cependant, le revenu de base inconditionnel restera d’actualité. Nous faisons des avancées au parlement à Lucerne et à Berne. Il existe aussi des projets de revenu de base organisés de manière privée comme celui de ting.community.

Un revenu de base inconditionnel est une assurance contre l’angoisse, la dépendance et la pauvreté. C’est ce dont notre société a besoin pour surmonter les crises qui mettent notre société au défi. Notre collecte de signatures pour un revenu de base inconditionnel ne sera donc pas la dernière en Suisse.

Nous remettrons les signatures récoltées à la Chancellerie fédérale en mars, dans les délais impartis. Nous estimons que nous pourrons alors déposer près de 70 000 signatures. (merci d’envoyer les signatures collectées des aujourd’hui!) Nous vous tiendrons au courant.

Merci de tout cœur pour ton engagement !

Tristes salutations
Raffael Wüthrich
(Au nom de toute l’équipe de base et pour le comité d’initiative)

Une assurance contre la peur, la dépendance et la pauvreté

Entretien avec Elli von Planta sur le thème du revenu de base
Jusqu’en 2010, Elli von Planta a travaillé à l’UBS, où elle a défendu
les intérêts de plus de 20’000 collaborateurs en tant que présidente
de la représentation des employés et pendant la crise f nancière de
2007 à 2011. Mère célibataire de quatre enfants, elle a terminé ses
études de droit à l’Université de Bâle en 1992. Depuis 2011, elle
préside le comité de la conférence sociale de Bâle. Elle est membre du
comité d’initiative pour le nouveau revenu de base suisse.

Elli von Planta, qu’est-ce que le revenu de base ?
Le revenu de base est en fait une idée très ancienne qui revient régulièrement sur le tapis. En 1776, Thomas Paine y avait déjà réf échi. Il s’agit d’assurer des moyens d’existence des personnes dans le besoin.

À qui profite le revenu de base ?
La présentation du comité de la 2ème initiative pour un revenu de base en Suisse considère le revenu de base comme une assurance. Une assurance contre la peur, la dépendance et la pauvreté. Seuls ceux qui n’ont aucun revenu, les bénéf ciaires actuels de l’aide sociale, mais aussi les mères et les pères qui n’ont pas d’activité professionnelle, les bénévoles, les personnes en formation et les créateurs culturels qui sont sans revenu, devraient recevoir le revenu de base. Et ceux qui gagnent moins que le revenu de base seraient augmentés jusqu’à son montant.

Qui serait lésé par le revenu de base ?
Les personnes qui prof tent de la dépendance des autres.

Pourquoi les partis de droite et les partis dits bourgeois ont-ils peur du
revenu de base ?

Cette aff rmation est-elle vraie ? La gauche, et les syndicats, sont aussi contre. Après tout, le droit au travail a été conquis autrefois. Il est inscrit dans la Convention des droits de l’homme. Certains cercles ne peuvent pas imaginer séparer le revenu du travail. Ces vieux mantras : „Ora et labora“ ou encore „Seul celui qui travaille a le droit de manger“ sont profondément ancrés. Peu importe si plus de la moitié du travail en Suisse, (55%), est effectué sans rémunération et que ces prestations n’apparaissent même pas dans le produit national brut.

Le revenu de base n’est-il pas une utopie ?
Oui, aussi utopique que l’ont été les droits civiques, l’AVS ou le droit de vote des femmes !

Cela bouleverserait complètement notre système, pourquoi le ferionsnous ?
Parce que je ne connais pas de meilleure idée qui nous permettrait d’aborder les déf s du présent et de l’avenir de manière globale. Les gens ne peuvent s’épanouir la peur au ventre. C’est d’ailleurs une idée très libérale. La sécurité financière est un moyen eff cace de lutter contre la peur.

Comment finançons-nous le revenu de base ?
Le secteur f nancier et les grandes entreprises tech pourraient f nancer le revenu de base, ces secteurs de l’économie ne payant pas d’impôts adéquats. Leur lobby a d’ailleurs toujours été assez fort pour empêcher une imposition équitable. Le revenu de base permettrait en outre d’économiser des coûts en réduisant la bureaucratie de l’assurance chômage et de l’aide sociale. En outre, dans le domaine de la santé, les gens seront moins soumis à la pression et au stress, et donc moins susceptibles de souffrir de problèmes psychiques et de tomber malades ou d’avoir un accident à cause de l’épuisement.

Qui nettoiera les toilettes publiques lorsque nous aurons le revenu de
base ?

Cessons de considérer certaines activités comme méprisables et d’autres comme désirables. Ne fermons plus les yeux sur la criminalité économique parce qu’il y a beaucoup à y gagner, ne rendons pas les mères célibataires dépendantes de l’aide sociale, regardons les métiers „méprisables“ comme socialement utiles et payons-les correctement. Alors les gens seront prêts à
exécuter ces tâches.

Quel est le rapport entre le revenu de base et la paix ?
Un revenu de base enlèverait la peur à beaucoup de gens ; la peur de la pauvreté et de la course indigne aux aides sociales qui y est liée. Nous aurions le choix.
Les gens vivraient de manière plus autonomes. La peur conduit régulièrement à la violence – contre les autres, mais aussi contre soi-même.

Y a-t-il d’autres aspects positifs ?
L’économie devrait se positionner tout à fait différemment si les gens avaient ce choix de travailler ou de ne pas travailler. Le monde du travail exerce beaucoup de pression, ce qui rend malade et peu heureux. En outre, on dit qu’un tiers des emplois sont des bullshits jobs, c’est-à-dire que les travailleurs eux-mêmes ne voient aucun sens à ce qu’ils font. L’économie devrait devenir plus durable, abandonner l’impératif de croissance et la contrainte de l’égoïsme.
On ne pourrait plus menacer constamment de supprimer les emplois. Un autre aspect positif serait le développement des assurances sociales. Avec la numérisation galopante, nous n’aurons plus de travail rémunéré.

Qui devra alors alimenter nos assurances sociales ?
Tout cela ne se fera pas du jour au lendemain. Nous devons peut-être nous imaginer que c’est comme l’introduction de la démocratie. C’est une évolution qui se fait pas à pas. Les aristocrates de 1789 sont aujourd’hui ceux qui ne peuvent même pas s’imaginer un autre monde et ne voient que ce qu’ils perdent euxmêmes en termes de privilèges.

Que puis-je faire si je trouve l’idée bonne ?
Collecter des signatures, collecter des signatures, collecter des signatures ! Même ceux qui sont contre le revenu de base devraient signer. Car lors de la votation, ils pourront voter non. Mais nous avons besoin d’un débat sur la manière dont nous voulons vivre à l’avenir. Ce débat n’aura lieu que s’il y a une votation, et il n’y aura une votation si nous récoltons les 120’000 signatures d’ici février 2023. La moitié de la période de collecte est déjà écoulée et les choses ne se présentent pas bien. Sur notre site Internet, il est possible de télécharger des feuilles de signatures et de s’impliquer dans la campagne de récolte de signatures.


Les questions ont été posées par Charlotte Bhattarai de l’IFOR SUISSE



Un petit miracle de Noël

Nous voulons tout d’abord te souhaiter de joyeuses et reposantes fêtes de fin d’année et une merveilleuse année 2023. Nous aimerions aussi t’informer que le financement participatif se déroule à merveille, et que la collecte de signatures pour un revenu de base inconditionnel est sur le point de se terminer avec succès. Malheureusement, nous ne pouvons pas encore l’assurer.

Certes, le financement participatif se déroule bien et nous nous en réjouissons. Merci beaucoup si tu y as déjà contribué ! 


Cependant, la collecte de signatures nous inquiète beaucoup. D’ici fin février, nous devons encore récolter au moins 40’000 signatures. Bien que 21 personnes engagées au sein de l’équipe travaillent quotidiennement à cet objectif, la réalité est alarmante : nos efforts ne sont pas suffisants. Nous avons besoin de personnes engagées dans la rue. Nous avons besoin de la force d’une communauté. En bref : nous avons besoin de toi.


S’il te plaît, aide-nous à faire en sorte qu’un petit miracle de Noël se produise et que le message suivant devienne viral :

Hey !
La collecte de signatures pour le revenu de base inconditionnel a besoin d’un petit miracle de Noël. 🎄 Trop peu de personnes ont encore entendu parler de la deuxième initiative fédérale et n’ont donc pas encore signé pour cette cause importante. C’est pourquoi je te demande de signer l’initiative maintenant et de transmettre ce message à au moins cinq personnes. 🙌
S’il te plaît, aide-nous, en cette nouvelle année 2023, à trouver des solutions viables pour l’avenir de notre pays qui semble de plus en plus incertain. Merci! 🙏
https://www.grundeinkommenschweiz.ch/fr/signatures/ 
 Avec mes meilleurs voeux.

👉 Envoie ce message à au moins 5 personnes, s’il te plaît. 

Nous te remercions pour ton courage en transmettant ce message et pour ton engagement en faveur d’un avenir meilleur ! Chaque signature compte ! 🙌

Tu as encore des feuilles de signatures pleines ou partiellement remplies à la maison ? Merci de les envoyer maintenant à l’adresse suivante: Initiative Revenu de Base Suisse, Case postale 6, 9215 Schönenberg TG

Nous te souhaitons, ainsi qu’à ta famille, tes amis et tes proches, de très belles et joyeuses fêtes de fin d’année! 🎄 À une année 2023 pleine de merveilles et de discussions pleines d’espoir sur l’avenir! 🎇

Cordialement
Ton équipe centrale RBI,

Oliviero, Maxime, Romy, Jane, Nico, Thea, Nicole, Timon, Ivy, Rebecca, Ruedi, Ivy, Steven, Gilles, Maria, Milena, Robin, Mario et Raffael

PS : Nous cherchons encore d’autres personnes qui souhaitent récolter des signatures rémunérées. Nous offrons 2 francs par signature, le salaire horaire se situe donc entre 30 et 60 francs. N’hésite pas à en parler autour de toi.
PPS : du 16 au 29 janvier, nous prenons des “vacances pour collecter”. Note cette période dans ton agenda et rejoins les groupes de collecte. D’autres informations suivront.

Crowdfunding en cours !

Notre financement participatif est en cours depuis le 12 décembre ! Nous voulons atteindre davantage de personnes qui n’ont pas encore entendu parler de l’initiative et, bien sûr, rassembler suffisement de fonds pour assurer le succès de la recolte de signatures.

Le crowdfunding démarre aujourd’hui pour 33 jours. Si nous n’avons pas atteint les 25 000 CHF de dons d’ici là, nous perdrons tout l’argent donné jusqu’à présent. Nous devons alors absolument atteindre cet objectif.

Pouvons-nous te demander d’apporter ton aide au succès de la campagne de financement? 🙏 Deux peuvent nous aider :

  1. Diffuse le lien vers le crowdfunding via tes ràseaux sociaux (mail, Messenger, Whatsapp, Signal, Telegram, Reddit, médias sociaux, etc.)
  2. Fais un don si tu peux et reçois des super récompenses. 🎁
     

Nous avons tout fait pour offrir des récompenses attrayantes et réaliser une vidéo explicative. Regarde-la :

Journée de collecte du 10 décembre

Le 10 décembre, à l’occasion de la Journée des droits de l’homme, nous nous retrouverons à nouveau dans la rue pour une collecte efficace. Ensuite, nous organiserons une table ronde numérique sur le thème “Le revenu de base en tant que droit humain”.
Tu veux participer ?

Inscris-toi via oliviero@grundeinkommenschweiz.ch en indiquant ta région, nous te mettrons en contact avec d’autres personnes motivées.
La collecte se fait ici (sera complétée au fur et à mesure) :

  • Lausanne: 9 heures, Marché de la Riponne. S’il te plaît, contacte Gilles, 078 964 88 23.
  • Fribourg: S’il te plaît, contacte Maxime : 079 267 76 95. Groupe Whatsapp
  • Bienne: S’il te plaît, contacte Alain : 078 636 67 77

Si tu souhaites collecter à un autre endroit, fais-le nous savoir.

Maintenant, nous devons persévérer ! La collecte est réalisable !

🙋 Participe à la journée nationale de collecte !

Il nous reste encore 111 jours pour récolter des signatures ! Selon le plan, au moins 10’000 signatures doivent être récoltées en novembre !

Lors de la journée nationale de collecte du samedi 19 novembre, nous serons donc nombreux à descendre dans la rue pour récolter des signatures !

Nous voulons récolter des signatures pour la seconde initiative populaire pour un revenu de base inconditionnel dans le plus grand nombre possible de villes et de localités suisses, pendant la journée, à différents endroits.

“Action collective” : image créée par une intelligence artificielle.

Présent dans le plus grand nombre de d’endroits possible !

Dans certaines localités, nous savons déjà que nous irons collecter ensemble. Car : collecter en groupe c’est définitivement plus amusant que de le faire seul ! Rassemble donc tes amis et ta famille ou joins-toi aux groupes de collecte suivants.

Malheureusement, il n’y a pas encore de groupes de collecte en Suisse romande, sauf à Bienne :

  • Bienne: Hauptbahnhof, 14 Uhr, Kontakt: Mehdi B., 078 400 83 65

Si tu souhaites faire une collecte dans un autre endroit en Suisse romande, merci de nous contacter afin que nous puissions sensibiliser d’autres personnes. Si tu veux venir collecter en Suisse alémanique, clique ici.

L’état actuel de la collecte le montre : La collecte est réalisable si nous persévérons maintenant ! 💪

S’il te plaît, aide-nous à voter bientôt à nouveau sur le revenu de base inconditionnel. Ce thème important doit être présent en 2023, année électorale !

Merci de tout cœur !

Ton équipe de base : 

Oliviero, Maxime, Romy, Jane, Nico, Thea, Nicole, Timon, Ivy, Rebecca, Ruedi, Ivy, Steven, Gilles, Maria, Milena, Robin, Mario et Raffael

PS : N’oublie pas de nous envoyer des photos de la collecte par e-mail ou via les médias sociaux !

PPS : Petit rappel : le concours ne dure que jusqu’au 24 novembre !

Participez maintenant au Community Takeover !

De très nombreuses personnes m’ont également demandé comment elles pouvaient désormais nous aider. Nous avons trois priorités :

Contribue à la réussite de cette collecte 

Il y a tellement de choses à faire !

Créer des groupes régionaux, organiser des groupes de collecte, communiquer et faire voler les comptes des médias sociaux. Réseauter, collecter des fonds, répandre la bonne humeur ! Indique ici les domaines dans lesquels tu souhaites donner un coup de main :

Dons

C’est effrayant, mais la collecte de signatures a coûté jusqu’à présent plus de 25’000 CHF par mois. La raison de cette somme élevée est avant tout que nous avons collecté les signatures en grande partie de manière payante. Cela doit changer le plus rapidement possible. D’une manière ou d’une autre, une collecte de signatures nécessite toutefois beaucoup d’argent. Si tu peux apporter ta contribution, tu contribues directement au succès de la collecte :

Il faut maintenant faire un effort collectif. La rigueur s’impose. Ça va être serré. Mais ce sera aussi coloré, joyeux et gratifiant. Participe au Community Takeover et écris l’histoire !

Je suis à ta disposition pour répondre à tes questions. En raison du grand nombre d’e-mails, il se peut toutefois que tu reçoives une réponse dans un délai d’un ou deux jours. 

C’est plein d’enthousiasme que je te salue

Raffael

Raffael Wüthrich

Coordination de l’initiative pour le revenu de base

Fin de l’initiative pour le revenu de base ?

Il s’est passé beaucoup de choses au cours des dernières 24 heures. L’initiative pour le revenu de base était sur le point d’être stoppée dans sa collecte de signature. Mais peut-être y a-t-il une seconde chance ? S’il te plaît, prends quelques instants pour lire cette importante texte. Car je compte sur toi !

Voici une petite chronologie pour le contexte : Il y a un peu plus d’une semaine, le comité de campagne de la deuxième initiative fédérale pour le RBI a surpris le comité d’initiative en lui annonçant son intention d’interrompre la récolte de signatures. La raison invoquée était que trop peu de signatures avaient été récoltées et qu’il n’y avait donc que peu d’espoir que la collecte aboutisse – malgré le temps, l’énergie et l’argent déjà investi dans le projet.

Une réunion du comité d’initiative a eu lieu hier, convoquée à la dernière minute. Après une discussion intensive, une majorité s’est prononcée en faveur de la poursuite de la collecte de signatures si les chances de succès demeurent. L’une des raisons de cette décision positive est que 56’000 signatures sont déjà sur la table ! 

Le comité d’initiative m’a donné une semaine pour montrer que nous pouvons y arriver ensemble ! Nous n’arriverons à nos fins que si un grand nombre de personnes se sentent responsables de l’initiative et que chacune d’entre elles actionne tous les leviers.

Comment faire ? En quelques phrases : 

  • Le comité de campagne, actif jusqu’à présent, me confie immédiatement ses tâches actuelles. 
  • Dans sept jours, je dois transmettre la responsabilité de la collecte de signatures au mouvement pour le revenu de base.

Cela signifie que pour la deuxième moitié de la collecte, il y aura un “Community takeover” (reprise par la communauté) !

Cela ne s’est encore jamais produit dans la longue histoire des initiatives populaires. Mais nous sommes convaincus qu’il y a beaucoup d’individus, de réseaux et d’organisations qui veulent également amener l’initiative pour un revenu de base à son terme et donner à la collecte de signatures l’énergie dont elle a besoin pour parcourir les derniers kilomètres ! 

Pour que le nouveau départ en 7 jours réussisse, il faut avant tout deux choses :

  • des personnes motivées et énergiques qui collectent des signatures et utilisent leurs réseaux ! 
  • un peu d’argent

Pas de doute – la barre est haute ! Nous avons besoin de plus de 13’000 signatures par mois pour atteindre l’objectif de 120’000 signatures d’ici fin février 2023. C’est faisable si la collecte de signatures peut être répartie sur un très grand nombre de personnes.

Et très honnêtement, je suis tendu et aussi un peu nerveux, car nous avons peu de temps. En même temps, j’ai eu la chance de rencontrer personnellement certains d’entre vous. C’est pourquoi je crois fermement que nous saisirons cette chance. Le revenu de base inconditionnel doit rester à l’ordre du jour politique, notamment en vue des élections de 2023 !

Nous avons maintenant besoin d’un bon plan. Je te contacterai dans les prochains jours pour savoir si tu souhaites poursuivre la collecte et, si oui, quelle pourrait être ta contribution.

Cordialement, Raffael

Raffael Wüthrich

Coordination de l’initiative pour le revenu de base

Pilote du revenu de base ZH : NON – Revenu de base CH : OUI ?

Les habitants de la ville de Zurich ont rejeté le projet pilote de revenu de base à 53.9%, de la même manière que dans ce pays toutes les propositions pionnières (AVS, droit de vote des femmes, adhésion à l’ONU) sont d’abord rejetées, mais finalement acceptées. A Zurich, seuls 43,3% des personnes interrogées étaient favorables à un revenu de base en 2016, contre 46,1% dimanche dernier.

Mais le débat sur le revenu de base est et reste important. Il est donc bon que nous puissions poursuivre le débat sans attendre, car la collecte de signatures pour la deuxième initiative populaire “Vivre dans la dignité – pour un revenu de base inconditionnel finançable” bat son plein.

Avec leur initiative, les activistes zurichois du revenu de base ont en tout cas largement contribué à paver la voie vers le revenu de base, ce dont nous les remercions de tout cœur et les félicitons pour leur mobilisation.

La collecte nationale de signatures en mode de rattrapage

Aujourd’hui, dimanche de votation, des signatures ont été récoltées dans de nombreuses villes suisses pour la deuxième initiative fédérale pour un revenu de base inconditionnel. Le dépouillement des signatures récoltées est en cours, il s’annonce bien et donne l’espoir que les électeurs suisses pourront bientôt voter à nouveau sur le revenu de base inconditionnel. Mais il est clair que pour que cela réussisse, les activités de collecte doivent rester élevées.

Les initiateurs/trices communiqueront bientôt l’état actuel de la collecte de la deuxième initiative fédérale pour un revenu de base inconditionnel.

Prochain temps fort sur la Place fédérale

Le 1er octobre 2022, un flash mob dansant aura lieu à 15 heures sur la place fédérale de Berne. Des dizaines de danseurs montreront ainsi qu’un revenu de base inconditionnel offrirait plus de liberté aux créateurs culturels. Les personnes qui souhaitent participer au flashmob trouveront ici de plus amples informations à ce sujet.

Cordialement,

Raffael Wüthrich

Coordinateur de la collecte de signatures

Flashmob : Plus de danse grâce au revenu de base ! Participe !

Trois acteurs culturels ont développé l’action “Plus de danse grâce au revenu de base”. L’objectif : soutenir la collecte de signatures en cours et la faire mieux connaître dans le milieu de la danse.

“Dans un monde parfait, la danse, en tant que forme d’art et profession où l’on s’engage quotidiennement à fond dans son corps et où l’on ressent ce tribut à partir d’un certain âge, serait rémunérée par un salaire équitable”, explique William Bejedi, coorganisateur de cubique, pour justifier son engagement. Et le chorégraphe Muhammed Kaltuk d’ajouter : “Dans un monde parfait, on n’aurait pas à justifier auprès de la société le fait de vouloir danser professionnellement”. Les deux hommes sont donc convaincus qu’un revenu de base inconditionnel serait une grande chance pour les acteurs culturels.

Revenu de base
une chance pour les acteurs culturels

En collaboration avec la cinéaste Rebecca Panian du comité d’initiative, William Bejedi et Muhammed Kaltuk ont donc développé l’action “Plus de danse grâce au revenu de base”. L’objectif : soutenir la collecte de signatures en cours et la faire mieux connaître dans le milieu de la danse.

Rebecca Panian : “Un revenu de base inconditionnel apporterait une grande liberté non seulement aux danseurs* et aux artistes, mais aussi à l’ensemble de la population suisse. Car on aurait le temps de se demander ce que je considère comme utile, ce que j’ai vraiment envie de faire ? Quels sont mes points forts, ceux qui me permettent de m’impliquer au mieux dans la société ? Mais pour que nous puissions mener ce débat important, il faut maintenant absolument réunir les signatures qui manquent encore”.

Flashmob pour plus de signatures

Afin d’atteindre l’objectif de 100’000 signatures, les trois acteurs culturels souhaitent faire un geste et créer le buzz avec la communauté de la danse en Suisse. Pour ce faire, jeunes et moins jeunes, danseurs de tous genres, qu’ils soient avancés ou débutants, répéteront ensemble une danse. Cette danse sera présentée le samedi 1er octobre après-midi sous forme de flashmob sur la place fédérale de Berne.

La chorégraphie est simple et a été conçue de manière à ce que tout le monde puisse participer à la danse.

Fais passer le mot à tes collègues*, danse la danse sur TikTok, Facebook et Instagram, et participe à cette action unique sur la Place fédérale !
Voici les informations sur la flashmob

Danse/chorégraphie : sous le lien suivant, tu trouveras la chorégraphie, dansée par Muhammed Kaltuk lui-même, que tu peux pratiquer et étudier. Amuse-toi bien !

Qui : à tout le monde, indépendamment de l’âge et du niveau de danse (chorégraphie très simple – essaie tout simplement ! Tu verras, c’est très amusant)

Quand : Samedi, le 01 octobre 2022, à 15.00h

Où : Place fédérale 3011 Berne

Tenue : ce serait méga cool si tu pouvais porter des vêtements dans les tons terre (voir annexe). Si ce n’est pas le cas, viens comme tu es.

Chanson/Musique : Steff la Cheffe – “Make a Move”.

Les médias sociaux

Le chorégraphe Muhammed Kaltuk se lance tout de suite sur TikTok et montre comment la chorégraphie est dansée. Tu es sur TikTok ? Alors montre-nous ce que tu sais faire et danse la chorégraphie déjà en amont de l’action. N’oublie pas de mentionner que nous danserons tous ensemble sur la Place fédérale.
En outre, les comptes de médias sociaux de l’initiative pour un revenu de base diffuseront les vidéos. Merci de les taguer : Facebook, Instagram

Déroulement

14h30 Arrivée des danseurs sur la Place fédérale, Berne

15h00 Performance de danse unique de la Company MEK. Company MEK est actuellement en tournée suisse avec sa pièce “Father Politics” et en présentera un petit teaser. Venez à temps !

15h15 Début de la performance flashmob (le tout sera filmé et partagé plus tard sur les médias sociaux)

15h30 Collecte de signatures et informations sur l’initiative

16.00 Fin de l’événement
Plus d’informations

Si tu as des questions, n’hésite pas à me contacter.

Nous nous réjouissons de t’accueillir !

Je t’embrasse,

Rebecca